Archives pour la catégorie ‘Vidéos’

le 13 juin 2017

Blogue Savoir Techno: Qui surveille vos déplacements au volant?


Lorsque vous roulez sur la route ou que vous stationnez votre automobile, vous êtes-vous déjà demandé qui pourrait enregistrer l’emplacement de votre véhicule à un moment précis et dans quel dépôt de données ce type de renseignement est stocké et partagé? De nos jours, des organismes publics et des entreprises du secteur privé utilisent un système de reconnaissance des plaques d’immatriculation (SRPI) pour suivre des véhicules partout au Canada.

Ces systèmes ont des répercussions sur la vie privée, car ils enregistrent l’emplacement de véhicules déterminés à certains moments, souvent à l’insu du conducteur.

En savoir plus »


le 2 sept 2015

Lesquels se sont démarqués? Survol des applications mobiles et des sites Web utilisés par les enfants et de leurs mesures de protection de la vie privée


Les enfants sont de plus en plus branchés et ont souvent une bonne longueur d’avance sur leurs parents lorsqu’il s’agit de naviguer sur Internet et dans les applications mobiles.

Ils font également partie des groupes démographiques les plus vulnérables et, dans leur désir d’avoir accès à leur jeu ou à leur réseau social favori, ils sont susceptibles de donner des renseignements personnels sans avoir vraiment songé aux répercussions éventuelles sur leur vie privée.

C’est pourquoi le Global Privacy Enforcement Network (GPEN) a retenu le thème de la protection de la vie privée des enfants pour son troisième ratissage annuel pour la protection de la vie privée.

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada ainsi que 28 autres autorités chargées de l’application des lois sur la protection de la vie privée partout au pays et ailleurs dans le monde ont examinés les communications et les pratiques en matière de protection de la vie privée de quelque 1 494 sites Web et applications mobiles.

Le but était de déterminer lesquels recueillaient des renseignements personnels, quels renseignements personnels étaient recueillis, s’ils avaient mis en place des mesures de protection pour en limiter la collecte et s’ils permettaient de supprimer facilement l’information d’un compte.

L’exercice, dans le cadre duquel les ratisseurs utilisaient brièvement les sites Web et les applications, visait à recréer l’expérience des consommateurs âgés de 12 ans ou moins. Les ratisseurs, soit plusieurs adultes qui s’étaient portés volontaires et neuf enfants, cherchaient à examiner les mesures de protection de la vie privée en se fondant sur quatre indicateurs clés :

  1. Collecte de données auprès des enfants : L’application ou le site Web recueille-t-il des renseignements personnels auprès des enfants et, le cas échéant, lesquels? (Ex., nom, courriel, date de naissance, adresse, numéro de téléphone ou fichiers photo, vidéo ou audio.) Y trouve-t-on une politique de confidentialité ou un autre énoncé quelconque sur la protection de la vie privée? Le cas échéant, cette politique ou cet énoncé explique-t-il clairement les pratiques de l’application ou du site Web relatives au traitement des renseignements personnels?
  2. Mesures de protection : L’application ou le site Web comporte-t-il des mesures de protection? Le cas échéant, ces mesures limitent-elles efficacement la collecte de renseignements personnels? (Ex., sollicitation de la participation des parents, avertissements au moment de quitter le site, avatars ou noms d’utilisateur prédéfinis, fonctions de clavardage ou babillard supervisé pour prévenir la communication imprévue de renseignements personnels.) Les communications concernant la protection de la vie privée sont-elles adaptées aux enfants? (Ex., langage simple, gros caractères, communications vocales et animation.)
  3. Moyens de supprimer l’information d’un compte : L’application ou le site Web offre-t-il un moyen simple de supprimer l’information d’un compte?
  4. Préoccupation générale quant à l’utilisation par un enfant d’une application ou d’un site Web : Dans l’ensemble, le ratisseur serait-il à l’aise qu’un enfant utilise l’application ou le site Web examine?

Au total, le Commissariat s’est penché sur 172 sites Web et applications mobiles pour les plateformes Android et iOS. Il s’est concentré sur les applications et les sites ciblant les enfants de 12 ans ou moins ou très populaires auprès de cette clientèle.

Quelque 118 sites Web et applications semblaient cibler directement les enfants, tandis que 54 étaient considérés comme très populaires auprès de cette clientèle – en d’autres termes, les enfants semblent utiliser fréquemment ces applications ou ces sites s’adressant à des personnes plus âgées ou de tout âge.

La grande majorité des applications et des sites Web examinés étaient exploités par des entreprises canadiennes ou américaines. Notre ratissage comprenait un grand nombre d’applications et de sites Web ludiques et éducatifs ainsi que des applications et des sites de loisirs hébergés, par exemple, par des musées et des zoos. Les sites Web et les applications traditionnels et de médias sociaux complétaient la liste.

Quelques précisions s’imposent avant d’aller plus loin. Comme les applications et les sites Web évoluent constamment, il convient de considérer les résultats présentés ici comme un portrait de la situation à un moment précis. Soulignons également que le ratissage n’était pas une enquête officielle. Nous n’avons pas cherché à relever de façon concluante des problèmes de non-conformité ou d’éventuelles infractions à la législation sur la protection de la vie privée. Il ne s’agissait pas non plus d’évaluer les pratiques globales d’une application ou d’un site Web en matière de protection de la vie privée, ni d’analyser en profondeur la conception et le développement des applications ou des sites Web examinés.

Nous avons plutôt comparé certaines caractéristiques et pratiques en matières de la vie privée des applications et des sites Web que nous jugions particulièrement bien adaptées aux enfants et celles qui, nous semblait-il, gagneraient à mieux protéger les enfants. Le ratissage nous a beaucoup appris et nous espérons que les exemples concrets qui suivent aideront les Canadiens ainsi que les concepteurs de sites Web et d’applications à mieux comprendre nos conclusions.

La fonction de message ou de clavardage supervise

Les fonctions de message ou de clavardage supervisé permettent de s’assurer que l’on vérifie l’information avant de la publier. Il est possible de vérifier non seulement le contenu de chaque élément, mais aussi les renseignements personnels qui s’y trouvent, car les portails en format libre peuvent ouvrir la porte à la communication imprévue de détails parfois sensibles.

Le site Family.ca, qui cible manifestement les enfants, indiquait que sa fonction de babillard était supervisée. Nos ratisseurs ont vérifié ce qu’il en était en essayant de publier un message qui précisait le nom et le prénom, l’âge et la ville natale de l’auteur. Le message modifié qui suit a été affiché en ligne le lendemain :

Image Family.ca (La fonction de message ou de clavardage supervisé).  Message modifié pour ne révéler aucune information personnelle.

Exemple disponible en anglais seulement.

Nous avons fait la même expérience sur le site Lego.com. Comme vous le voyez, le modérateur nous a informés qu’il avait rejeté notre communication pour des raisons de protection de la vie privée. Excellente décision, Maître Constructeur Emmet!

image lego.com

Fourni uniquement en anglais.

Félicitations à Family.ca et à Lego.com, qui nous montrent bien qu’on peut faire beaucoup avec un peu de supervision!

En revanche, l’application de réseautage social Moviestar Planet, qui cible les enfants, n’est pas un modèle de rigueur. Alors que l’application affirme superviser le contenu, les enfants ont pu librement afficher des égoportraits et demander dans le titre, par exemple, d’évaluer s’ils « sont chou ou non ». Ce n’est pas vraiment le genre de choses qu’on veut voir apparaître sur Internet toute sa vie. Afin de protéger la vie privée des enfants, nous n’afficherons aucune de ces images, mais vous pouvez voir que notre ratisseur a été en mesure de fournir une kyrielle de renseignements personnels en utilisant la fonction de clavardage en format libre. À éviter à tout prix! Qu’est-ce qui empêcherait un enfant d’inscrire son adresse, le nom de son école ou ses plans pour l’après-midi?

image Moviestar Planet

Exemple disponible en anglais seulement.

Par ailleurs, les ratisseurs ont constaté que les applications et les sites Web populaires auprès des enfants peuvent filtrer certains contenus mais n’empêchent pas les enfants de partager des détails personnels en ligne. Par exemple, le site Web de la FIFA, organisme de réglementation du soccer dont le site est populaire auprès des mordus de soccer de tout âge, supervise son site pour s’assurer du respect des conditions d’utilisation. Mais comme on peut le voir ci-après, notre ratisseur a pu y exprimer son âge et son emplacement. En conséquence, cette référence à la supervision vise davantage le caractère approprié du contenu. On sait bien comment peuvent être les amateurs de soccer!

Image FIFA

Exemple disponible en anglais seulement.

La page du site Web sur les conditions d’utilisation établit aussi que les parents sont entièrement responsables de surveiller les activités de leurs enfants sur le site. Il semble que c’est là que prend fin la responsabilité de la FIFA en ce qui concerne la supervision du contenu que peuvent échanger les enfants. Les parents ont bien sûr un rôle à jouer pour protéger la vie privée des enfants lorsqu’ils sont en ligne mais franchement, chère FIFA, cela ne vous empêcherait tout de même pas, de faire preuve d’esprit d’équipe. Si vous surveillez déjà le contenu, pourquoi ne pas veiller à ce que les enfants ne partagent pas trop d’information? Cette faute grave mérite un carton rouge.

Moins, c’est mieux!

Le profil affiché ne doit pas nécessairement tout dire. Laissez planer un peu de mystère!

Le site GamezHero.com est un site Web destiné aux enfants qui permet aux utilisateurs de publier dans leur profil une grande quantité de renseignements personnels, notamment leur nom, leur année, leur âge et leur ville. L’application affirme ne pas recueillir de renseignements auprès d’enfants âgés de moins de 13 ans, mais elle ne s’est pas privée d’afficher les renseignements d’un enfant de 10 ans. Heureusement, il n’y avait pas d’option permettant de télécharger une photo!

image gamezhero

Fourni uniquement en anglais.

Une interface similaire sur le site Family.ca limitait quant à elle les options pour la communication de renseignements personnels. La photo était une image prédéfinie et les messages, un texte fixe. En d’autres termes, les jeunes pouvaient choisir ce qu’ils voulaient écrire à partir d’une liste d’énoncés prédéfinis.

Image Family.ca (Moin c'est mieux)

Fourni uniquement en anglais.

Les choses peuvent être un peu plus délicates dans le cas des applications et des sites Web populaires. Même s’ils sont utilisés par de nombreux enfants, la plupart ne sont pas conçus pour les jeunes de moins de 12 ans. Citons à titre d’exemple le site Gurl.com. Comme vous pouvez le constater, la plateforme sociale s’adressant davantage aux adolescentes a recueilli et publié le nom et le prénom, la date de naissance, l’occupation et la ville de notre ratisseur âgé de 10 ans.

En outre, aucun avertissement ni aucune mesure n’empêchait les utilisateurs de télécharger des photos ou de publier des renseignements personnels sur les babillards, dont certains abordaient des sujets très délicats tels que la dépression, le suicide et l’automutilation.

En raison de l’absence de contrôles de protection, il est impossible de savoir quelle information les enfants pourraient afficher et qui pourrait la voir, ce qui soulève une foule de questions sur le potentiel d’atteinte à la réputation et au bien-être.

image gurl.com

Fourni uniquemement en anglais.

Par ailleurs assez bien adapté aux enfants, le site Santasvillage.ca comporte un mode de fonctionnement que nous ne pouvions passer sous silence. Le site offrait aux enfants un moyen facile de s’inscrire sur la liste du Père Noël – en donnant leur nom, leur prénom et leur adresse de courriel. En échange, il promettait de bombarder les abonnés de matériel de marketing. Merci quand même, Père Noël, mais nous attendrons plutôt la fée des dents!

image santasvillage.ca

Fourni uniquement en anglais.

Avatars

L’image que vous choisissez pour vous représenter en ligne ne doit pas nécessairement être personnelle. Par exemple, le site PBSkids.org, qui cible les enfants, a demandé à notre ratisseur de sélectionner une image dans une mosaïque d’icônes prédéfinies.

image pbskids.org

Fourni uniquement en anglais.

D’autres applications et sites Web demandaient aux ratisseurs de télécharger eux-mêmes leur avatar, ce qui ouvrait la porte à l’utilisation de photos personnelles. Par exemple, le site Cookie Monster Challenge nous a demandé de prendre un égoportrait pour notre profil. La politique de confidentialité générale laissait également entendre que les renseignements personnels pourraient être communiqués à des tiers.

Comme le dirait sans doute lui-même le monstre mangeur de biscuits : Parents pas contents quand Cookie avaler renseignements personnels sensibles comme photos et partager avec autres monstres.

image Cookie Monster Challenge 1

image Cookie Monster Challenge 2

Fourni uniquement en anglais.

Le nom, très révélateur

Il faudrait dissuader les enfants non seulement de publier leur photo en ligne, mais aussi d’utiliser leur propre nom.

Certains sites, comme Pottermore.com/fr, qui est destiné aux amateurs de Harry Potter, n’offrent pas cette option aux enfants. Le site a plutôt demandé aux ratisseurs de sélectionner un nom d’utilisateur sur une liste prédéterminée. Merci d’avoir pensé à la protection de nos jeunes camarades de Poudlard, Harry!

image Pottermore.com (Le nom, très révélateur)

Par ailleurs, le site de gestion de classe Classdojo.com/fr-CA, qui relie les enseignants, les élèves et leurs parents, a obtenu une note parfaite pour avoir indiqué aux ratisseurs, dans un langage simple et facile à comprendre pour les enfants, de ne pas utiliser leur vrai nom. Malheureusement, il a aussitôt dû être recalé, car le site n’a prévu aucune mesure pour nous empêcher d’utiliser notre vrai nom.

image classdojo.com

Fourni uniquement en anglais.

Contrôle parental

En ce qui concerne le contrôle parental, il y a des façons efficaces de limiter les fonctions d’une application ou d’un site Web pour protéger la vie privée. L’ajout d’un tableau de bord parental constitue un excellent moyen à cette fin. Voici quelques exemples d’applications et de sites Web qui permettent aux parents de rester aux commandes pour protéger la vie privée de leurs enfants.

L’application Grimm’s Red Riding Hood, qui cible les enfants, permet aux parents d’activer ou de désactiver certains paramètres, par exemple l’achat d’applications et l’accès au magasin.

image Grimm's Red Riding Hood

Fourni uniquement en anglais.

Citons également à titre d’exemple Battle.net, site de jeu populaire s’adressant aux jeunes de plus de 13 ans, mais aussi utilisé par des plus jeunes. Pour autant que les jeunes utilisateurs fournissent l’adresse de courriel valide d’un parent, les parents peuvent contrôler les paramètres à partir d’un tableau de bord assez détaillé.

Image de l'interface parentale du site battle.net permettant de contrôler les réglages de vie privée et la vidéoconférence.

Fourni uniquement en anglais.

Sur le site de réseautage social GeckoLife.com, les parents de jeunes enfants doivent créer un compte auquel ils peuvent ajouter leur enfant.

Image du site GeckoLife.com qui signale aux parents que leur enfant a demandé la création d'un compte.

Fourni uniquement en anglais.

Les parents peuvent également surveiller les activités de leur enfant, entre autres le téléversement de fichiers et les connexions avec d’autres utilisateurs. Toutefois, le site Web a recueilli une assez grande quantité de renseignements personnels auprès de notre ratisseur au cours du processus.

Image de l'interface du site GeckoLife.com qui permet aux parents d'ajuster les réglages de vie privée mais exige le nom complet, le sexe et la date de naissance de l'enfant.

Fourni uniquement en anglais.

Tout comme les enfants de première année à Poudlard doivent obtenir l’autorisation de leurs parents pour une escapade de fin de semaine à Pré-au-Lard, les jeunes utilisateurs de Pottermore.com doivent faire de même pour activer leur compte. Bien sûr, ils devront à cette fin utiliser un sortilège d’attraction : adresse de courriel parental, Accio! Bravo de faire participer les parents.

Mais ce site Web demandait non seulement l’adresse de courriel d’un parent, mais aussi le prénom de l’enfant, son pays, sa date de naissance et quels livres et films de Harry Potter il avait vu ou lu avant d’envoyer par courriel le lien menant au consentement parental. As-tu vraiment besoin de tous ces renseignements, Harry?

image pottermore.com (Contrôle parental)

Le site Web de poupées American Girl proposait des options permettant de recueillir des renseignements personnels dans le cadre de séries de questions et de concours, mais les parents devaient signer une dispense pour que leur enfant puisse afficher sa photo en compagnie de sa poupée favorite.

Image American Girl 1

Fourni uniquement en anglais.

Image American Girl 2

Fourni uniquement en anglais.

Les applications suivantes, qui ciblent manifestement et directement les enfants, ont trouvé des façons originales de garder les tout-petits en dehors des sections du site à l’intention des adultes, mais supposent à cette fin que les jeunes utilisateurs ne savent pas lire ou suivre des instructions très simples. Peut-être pourrait-on leur compliquer un peu la tâche? N’oublions pas que certains enfants apprennent comment faire glisser leur doigt sur l’écran d’une tablette avant même de savoir marcher!

Contrôle parental montrant que la portion du site est réservée aux adultes et qu'il faut entrer des numéros pour y avoir accès.

Fourni uniquement en anglais.

Contrôle parental sur le site qui exige de cliquer sur des lettres dans un certain ordre.

Fourni uniquement en anglais.

Suppression

Ce qui semble très simple est parfois bien compliqué! Le moins que l’on puisse dire, c’est que toutes les fonctions de suppression ne sont pas équivalentes. De « simple comme bonjour » à « mission impossible », voici toute la gamme de possibilités qui s’offrent lorsqu’il s’agit de la facilité de supprimer un compte.

Dans certaines applications ou certains sites Web, il suffisait d’un simple clic pour supprimer un compte. Par exemple, le site Web éducatif Quizlet.com permet aux utilisateurs de s’inscrire et de se joindre à des groupes d’études portant sur divers sujets. Une fois que l’utilisateur a terminé, il suffit de cliquer sur le bouton des paramètres situé dans la partie supérieure de l’écran, de faire défiler l’écran vers le bas et de cliquer sur le bouton de suppression.

image quizlet.com

Exemple disponible en anglais seulement.

D’autres applications et sites Web prévoyaient un processus en plusieurs étapes pouvant exiger l’envoi de courriels ou des appels téléphoniques à l’entreprise. Dans le cas de l’application de jeu ciblée Despicable Me: Minion Rush, l’option de suppression se trouvait enfouie au milieu de la politique de confidentialité.

Image Moi, Moche et Méchant : Minion Rush

Fourni uniquement en anglais.

Le site Web Stardoll.com, qui cible les enfants et leur permet de créer des poupées et d’interagir avec d’autres utilisateurs, exige que les parents ou les tuteurs remplissent un formulaire. En lisant l’extrait de la politique de confidentialité (voir ci-après), il est difficile de savoir si l’entreprise détruit véritablement les renseignements personnels qu’elle recueille ou bien si elle arrête simplement de les recueillir, de les utiliser et de les communiquer à des tiers. Compte tenu de la quantité d’information recueillie et publiée par ce site – pays, sexe, date de naissance et autres renseignements par l’intermédiaire de sa fonction en format libre – il a soulevé de vives préoccupations chez les ratisseurs.

Image Stardoll.com

Malheureusement, de nombreux sites Web et applications populaires recueillant des renseignements personnels n’offraient pas de moyens évidents pour supprimer les données d’un compte, laissant supposer à nos ratisseurs que leurs renseignements personnels demeureraient à jamais dans le cyberespace.

Dans le champ!

Il ne faut pas s’étonner que les enfants aiment cliquer sur les objets aux couleurs vives qui sont légion dans de nombreux sites Web et applications. Malheureusement, ces objets les dirigent parfois vers des sites ayant des pratiques différentes en matière de collecte de renseignements personnels ou un contenu douteux.

Les utilisateurs étaient souvent redirigés vers un autre site au moyen d’une publicité ou de l’icône d’un concours qui semblait parfois faire partie du site initial.

Environ le tiers des sites Web et applications ne redirigeaient les utilisateurs vers aucun autre site ou application. Bravo! En revanche, 14 % d’entre eux, y compris Barbie.fr, affichaient au moins un message éclair d’avertissement.

Image barbie.fr

D’autres applications et sites avaient des pratiques plus douteuses à cet égard. Par exemple, certains d’entre eux, y compris ceux ciblant directement les enfants, contenaient des annonces de boissons alcoolisées et de sites de rencontre susceptibles de détourner les utilisateurs qui cliquaient sur ces liens. Certains avaient même des icônes neutres qui, lorsqu’on cliquait dessus, dirigeaient les ratisseurs vers d’autres sites contenant des vidéos explicites et violentes. De quoi donner des frissons!

EN PRIME : La guerre des étoiles!

Les grandes vedettes de la chanson Justin Bieber, Taylor Swift et le groupe One Direction sont toutes très populaires auprès des jeunes de moins de 12 ans. Mais lequel des sites à l’intention des admirateurs en tient compte lorsqu’il s’agit de protéger les renseignements personnels des enfants?

Selon nos indicateurs, voici comment se comparent les sites de ces têtes d’affiche du monde musical.

Le site Taylorswift.com recueillait le nom d’utilisateur, le courriel, le nom et le prénom, la photo, la date de naissance, la ville, le sexe et l’occupation des utilisateurs. Il contenait également une fonction texte en format libre non supervisée où les utilisateurs pouvaient écrire ce que bon leur semblait. Le site pouvait afficher le nom d’utilisateur, la photo et la ville. Il tentait de bloquer les utilisateurs de moins de 13 ans, mais on pouvait facilement contourner cette mesure en modifiant sa date de naissance. Le site redirigeait également les visiteurs vers une demi-douzaine de sites de médias sociaux, le magasin Google Play et un autre magasin Taylor Swift recueillant lui aussi toute une variété de renseignements personnels. Enfin, selon la politique de confidentialité du site Web, les utilisateurs pouvaient accéder à leurs renseignements personnels, les mettre à jour ou les supprimer par courriel. Il est mentionné que les utilisateurs peuvent également le faire dans la section « my account » du site Web. C’est formidable, à un détail près : nous n’avons pas trouvé le bouton de suppression.

Le site Justinbiebermusic.com recueillait le prénom, le courriel, la date de naissance, le code postal et le pays des admirateurs. Il bloquait lui aussi les utilisateurs de moins de 13 ans, mais cette mesure pouvait être contournée de la même façon que dans le site Taylorswift.com. Le site contenait également des liens redirigeant les utilisateurs vers de nombreux sites de musique et de médias sociaux, notamment la page Facebook des admirateurs de la vedette populaire. Pour corriger, mettre à jour, modifier, supprimer ou retirer des renseignements personnels, les utilisateurs doivent envoyer une lettre par la poste à une adresse en Californie ou remplir un formulaire en ligne. Le site indique que les utilisateurs peuvent également le faire dans la page d’information à l’intention des membres, mais nous n’avons pu trouver cette page.

Par ailleurs, Onedirectionmusic.com ne recueillait pas de renseignements personnels directement sur le site, mais les utilisateurs pouvaient être redirigés vers de nombreux sites de médias sociaux et de musique. Toutefois, le magasin One Direction recueillait toute une variété de renseignements personnels.

Sans vouloir se brouiller avec nos idoles, il semble que les trois sites bénéficieraient d’un encadrement plus serré! Cela étant dit, selon notre dernier indicateur, les ratisseurs du Commissariat se sont dits le plus à l’aise avec le site de One Direction, qui semblait obtenir la note la plus élevée parmi les trois sites examinés en ce qui a trait à la protection de la vie privée. Dommage que le groupe se soit dissous:( Mais est-ce bien le cas?

Si nous reconnaissons qu’il peut être ardu de contrôler l’âge des visiteurs étant donné le génie de certains enfants pour contourner ces mécanismes, nous félicitons One Direction d’avoir limité la collecte. Souvenez-vous : ne recueillez rien dont vous n’avez pas besoin. Nous avons aussi vu d’autres sites qui reconnaissaient l’adresse URL d’un utilisateur et qui l’empêchait de revenir et d’inscrire une autre date de naissance pendant un certain temps pour lui refuser l’accès au site. D’autres redirigeaient automatiquement les jeunes utilisateurs vers une version pour enfants du site. Bien que plusieurs des contrôles de protection ne soient pas infaillibles, nous encourageons les développeurs à faire preuve de créativité et de trouver de nouveaux moyens de se servir de la technologie pour protéger les utilisateurs les plus vulnérables.

En guise de derniers mots . . .

Comme vous pouvez le constater, les ratisseurs du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada ont trouvé de nombreux exemples édifiants d’applications mobiles et de sites Web qui ne recueillaient aucun renseignement personnel. Nous croyons qu’il existe de nombreuses façons efficaces de limiter – à tout le moins – la collecte de ces renseignements.

Lorsqu’il s’agit de protéger la vie privée des enfants en ligne, tout le monde a un rôle à jouer. Les enfants doivent pour leur part être éduqués sur les questions de protection des renseignements personnels numériques et sur les dangers de divulguer ses renseignements personnels en ligne. Les enseignants et les parents peuvent aider à inculquer aux enfants ces connaissances, et devraient eux-mêmes être conscients des sites Web et des applications que leurs enfants utilisent, et des types de renseignements qu’on leur demande de fournir. Enfin, les développeurs devraient se soucier de savoir qui sont leurs utilisateurs, et réduire, voire éliminer la collecte de renseignements personnels auprès des enfants grâce à des contrôles de protection de la vie privée innovants.

Après avoir analysé tous les résultats, comme le font nos partenaires provinciaux et internationaux, nous déterminerons ensemble les mesures de suivi qui s’imposent, le cas échéant.

Comme ce fut le cas au cours du ratissage de l’an dernier, dans le cadre de nos activités de suivi, nous pourrions communiquer notamment avec les organisations pour leur faire part de nos constatations et proposer des améliorations. Nous avons également la possibilité de prendre des mesures d’application de la loi.

Soit dit en passant, avant de publier ce billet, nous avons écrit aux entreprises mentionnées pour leur faire part de nos préoccupations. Selon notre expérience, l’éducation et la sensibilisation suffisent souvent à renforcer la protection de la vie privée.

 


le 2 sept 2015

De jeunes ratisseurs font part de leurs commentaires concernant la protection de la vie privée sur les sites Web et les applications mobiles


Comissaire Daniel Therrien avec enfant.

Le commissaire Daniel Therrien sur les lieux du ratissage du Global Privacy Enforcement Network où quelques enfants nous prêtent main-forte.

Pourrait-on imaginer faire un ratissage pour la protection de la vie privée des enfants… sans enfants? « Ils sont fous ces Romains! », s’exclamerait Obélix.

C’est donc fort de cette grande sagesse que le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a organisé le premier ratissage des enfants.

Un matin de mai, pendant la semaine du ratissage international de 2015, neuf enfants d’employés du Commissariat qui ont eux-mêmes pris part au ratissage sont venus au 30, rue Victoria.

Motivés par la promesse de pizza et de biscuits, ces garçons et filles âgés de 7 à 13 ans se sont installés devant l’ordinateur portable ou la tablette de leur choix. Leur mission? Utiliser leurs applications et leurs sites Web préférés pour recréer l’expérience de l’utilisateur sous le regard vigilant de leurs parents, qui prenaient des notes sur la façon dont leur enfant naviguait dans les paramètres de confidentialité ou se comportait en l’absence de ces paramètres, comme ce fut le cas pour certains sites Web.

On trouvera ci-après une transcription révisée de ce que les jeunes – et leurs parents – avaient à dire au cours d’une séance de rétroaction organisée après le ratissage… et avant que l’odeur du fromage fondu et du pepperoni n’embaume la pièce et n’accapare leur attention.

Vous êtes-vous amusés?

« Ouiiiiiii »! (Les jeunes ont crié à l’unisson.)

Y a-t-il des choses que vous avez trouvées difficiles ou décourageantes?

« Il était difficile de lire les politiques de confidentialité; elles étaient très longues et ennuyeuses. »

Était-il difficile de s’inscrire sur certains sites Web?

« Les jeunes de moins de 13 ans sont redirigés (vers la section du site Web destinée aux enfants). » (La mère a ensuite expliqué que son fils avait néanmoins trouvé une façon de contourner cet obstacle.)

Citez quelques questions que le site Web ou l’application vous a posées ou quelques renseignements personnels qu’il a demandés.

« Quel est le nom de ton école? Quelle est ton adresse? »

« On t’a demandé si tu étais un élève ou un enseignant. »

« On t’a demandé si tu étais un garçon ou une fille. »

« Quelle est ta date de naissance? »

« (Sur un des sites Web), si nous entrions notre vrai nom, le système le refusait. Il rejetait aussi toute forme plus courte de notre nom. »

« On m’a demandé ma photo. » (La mère a ajouté : « Je ne l’ai pas laissé envoyer sa photo et j’ai rapidement mis fin à la session. »)

« On m’a demandé en quelle année je suis. »

« (Sur un site Web) on m’a demandé une photo, mais nous avons utilisé la photo d’un pingouin qui était déjà sauvegardée sur l’ordinateur. » (La mère a ajouté : « Mais on nous a ensuite encouragés à envoyer une vraie photo. »)

Garçon à l'ordinateur.Compreniez-vous toujours ce que demandait le site Web ou l’application?

« Lorsque je naviguais (sur un site Web), je pensais qu’il y avait des jeux créés par d’autres personnes que je pouvais utiliser mais en fait, on les vendait. C’est là qu’il y avait des énoncés longs et ennuyeux. »

Est-ce que des sites Web ou des applications vous demandaient de solliciter l’aide d’un parent?

« Avant d’autoriser l’accès (à un site Web), ils envoient un courriel à un des parents. » (La mère a ajouté : « Et le parent doit envoyer une confirmation. »)

« Dans un des sites Web, les utilisateurs de moins de 13 ans ne peuvent changer les paramètres de protection de la vie privée. Et s’ils veulent modifier leur âge, il faut le demander à un parent par courriel. »

Avez-vous cliqué sur des liens qui vous ont dirigés vers un site Web tout à fait différent?

« Sur un site Web où j’étais, il y avait en haut de la page un court message demandant si j’étais un garçon ou une fille. Ça ne ressemblait pas vraiment à une annonce. C’était juste une petite chose avec une image et, bien sûr, on a cliqué dessus. Le lien menait à un autre site de jeu, où une bande-annonce s’est affichée. « (La mère a ajouté que la bande-annonce était classée « Adolescents » et comprenait un avertissement indiquant que le contenu comportait des éléments de violence, des représentations de sang, de la nudité partielle et de l’alcool.)

Lorsque vous deviez créer un compte, le site Web ou l’application vous permettait-il de le supprimer rapidement à la fin de la session?

« J’étais sur un site Web et il y avait une option qui permettait de supprimer le compte. J’ai pu le supprimer tout de suite. »

Certains d’entre vous ont-ils eu de la difficulté?

« Un peu. Il fallait envoyer un courriel à la compagnie pour supprimer le compte. »

– – – – –

Quelques jours après le ratissage par les enfants, nous avons reçu un commentaire fort utile d’une mère heureuse que ses enfants se dénoncent mutuellement lorsque l’autre ne lisait pas les politiques de confidentialité. Elle a ajouté :

« Ils se sont beaucoup amusés et ont vraiment appris à faire preuve d’esprit critique lorsqu’il s’agit de leurs renseignements personnels. Si, au bout du compte, ils font ne serait-ce qu’un seul choix plus éclairé en ce qui concerne leurs propres renseignements personnels, ça valait tout à fait le coup d’après moi. »

C’est précisément ce commentaire qui est à l’origine de l’une de nos activités de suivi après le ratissage. Le Commissariat a créé, à la lumière du ratissage de 2015, une activité que les enseignants de 7e et 8e année (1re et 2e secondaire au Québec) de tout le Canada peuvent faire en classe.

Nous avons simplifié le formulaire de ratissage utilisé pour examiner les communications sur la vie privée dans les applications et les sites Web et nous encourageons les enseignants à effectuer avec leurs élèves des ratissages pour la protection de la vie privée en utilisant les formulaires pour amorcer une discussion sur la confidentialité et la protection des renseignements personnels en ligne.

Nous encourageons les élèves à ratisser, seuls ou en groupe, leurs applications et leurs sites Web préférés, à apprendre comment lire les politiques de confidentialité, à se renseigner sur le suivi et sur les différents types de renseignements personnels qui pourraient être recueillis et à discuter de leurs observations avec leur professeur et leurs camarades. Nous avons également fourni aux élèves et à leurs parents une feuille de conseils intitulée Conseils de professionnels : Protégez votre vie privée en ligne.

Note aux enseignants : Vous trouverez les feuilles d’activité en classe sur le site Web du Commissariat. Quant aux parents et gardiens, si le sujet n’est pas abordé à l’école de votre enfant, songez à adapter le plan de la leçon pour en faire une activité à réaliser par un dimanche après-midi pluvieux.

Maman et fille a l'ordinateur.Les photos et commentaires intimes, controversés ou embarrassants peuvent avoir une incidence durable sur la réputation d’une personne. Aujourd’hui, avoir une bonne culture numérique est aussi important que de connaître l’alphabet et les enfants qui comprennent et adoptent des pratiques sûres de protection de la vie privée en ligne sont moins à risque de commettre des erreurs qui viendraient les hanter plus tard.

Cliquez ici pour en savoir davantage sur les résultats du ratissage international de 2015 pour la protection de la vie privée des enfants.


le 29 avr 2013

Lutter contre les effets de la technologie sur notre vie privée


Nous célébrons cette semaine la Semaine de sensibilisation à la protection de la vie privée [en anglais seulement] — un effort déployé à l’échelle internationale, coordonné par les membres du forum des autorités de protection de la vie privée de la zone Asie-Pacifique (APVPAP), afin de sensibiliser les individus à la valeur de la vie privée et à l’importance de la protéger.

Pour 2013, le forum des APVPAP a créé une infographie [en anglais seulement] qui illustre comment la technologie a changé nos façons de communiquer, de faire des affaires et de stocker de l’information, et comment cette situation nous expose à de nouveaux risques d’atteintes à la vie privée.

C’est un enjeu qui préoccupe un grand nombre d’entre nous. Selon un récent sondage du Commissariat, les Canadiennes et Canadiens s’inquiètent de plus en plus de la confidentialité dans le contexte des nouvelles technologies et 70 % d’entre eux croient que leurs renseignements personnels sont moins bien protégés qu’il y a 10 ans. Des études indiquent aussi que des Canadiennes et Canadiens évitent de télécharger des applications ou d’utiliser certains sites Web et services en raison d’inquiétudes liées à la protection de la vie privée.

Que pouvons‑nous faire?

Les consommateurs s’attendent à une certaine protection lorsqu’ils utilisent des produits et des services, mais il est essentiel de comprendre qu’ils ont également un important rôle à jouer et qu’ils doivent faire preuve d’initiative pour protéger leurs renseignements personnels. La meilleure chose à faire, lorsqu’une personne utilise des technologies pour recueillir ou stocker des renseignements personnels, est de bien comprendre les risques d’atteintes à la vie privée qui accompagnent ces technologies. Voici des ressources qui faciliteront cette tâche :

Application mobile : Nous utilisons nos appareils mobiles pour stocker une foule de renseignements personnels. Apprenez comment protéger vos renseignements personnels sur votre appareil en téléchargeant l’application gratuite applimaVIEPRIVÉE du Commissariat.

Vidéo : Résautage social et vie privée : Savez‑vous ce qu’il advient de vos renseignements personnels une fois qu’ils ont été publiés sur les sites de réseautage social? Visionnez cette vidéo créée par le Commissariat afin de comprendre comment les sites de réseautage social font de l’argent avec vos renseignements personnels. Vous vous poserez peut-être de sérieuses questions la prochaine fois que vous mettrez à jour vos renseignements en ligne.

Infographie : 10 conseils pour prévenir le vol d’identité : Toute personne ayant des renseignements personnels peut se faire voler son identité et les risques sont encore plus grands aujourd’hui en raison de l’utilisation importante des technologies à toutes sortes de fins. Nous ne pouvons peut-être pas éliminer totalement le risque d’être une victime, mais nous pouvons le réduire. L’infographie du Commissariat fait état de 10 gestes que vous pouvez poser pour éviter de devenir une cible.

Introduction à l’infonuagique : Lorsque vous stockez vos photos en ligne au lieu d’utiliser votre ordinateur domestique, ou que vous utilisez le courriel Web ou un site de réseautage social, vous utilisez un service d’infonuagique. La fiche d’information du Commissariat en explique les répercussions sur la vie privée.

Pour en savoir davantage sur les risques d’atteintes à la vie privée associés à l’utilisation des technologies et sur les façons de vous protéger, visitez la page du Commissariat sur les fiches d’information qui traitent de différents enjeux et sujets.


le 26 oct 2012

Vie privée et culture populaire — Notre palmarès des dix meilleurs films sur la vie privée


La vie privée et la surveillance sont depuis toujours des thèmes prisés dans la culture populaire, et Hollywood a certainement exploité ces concepts avec brio. Vous trouverez ci-dessous, dans un ordre arbitraire, notre palmarès des meilleurs films abordant la question de la vie privée.
Êtes-vous d’accord avec notre palmarès? Avons-nous oublié certaines œuvres marquantes ? Faites nous en part dans les commentaires !

Louis 19, le roi des ondes
La seule comédie sur notre liste, Louis 19, le roi des ondes est aussi connue en France sous le titre Reality Show. Le film dépeint l’histoire de Louis Jobin, un homme ravi d’avoir été choisi pour être la vedette d’une émission de téléréalité. Au fil du temps, la nouvelle « vedette » découvre que la célébrité n’est pas exactement ce à quoi il s’attendait. Sorti en 1994, le film a précédé l’ère de la microcélébrité et l’assaut de la téléréalité et des réseaux sociaux.

A Scanner Darkly
Comme plusieurs autres films figurant à ce palmarès, A Scanner Darkly se déroule dans un avenir assez rapproché, où la surveillance est constante et omniprésente. Inspiré d’un roman de Philip K. Dick et réalisé par Richard Linklater, le film se penche sur le concept de l’identité, ainsi que sur l’incidence de la surveillance sur l’identité.

Caché
Ce film austro-français à sensations fortes suit la vie de la famille Laurent qui tente de déterminer qui les a secrètement filmés. Sorti en 2005, le film a remporté de nombreux prix et distinctions en plus de gagner le cœur des critiques de cinéma.

Conversation secrète (v.o. The Conversation
Gene Hackman joue le rôle d’un spécialiste de la filature brillant, mais paranoïaque, dans ce long métrage datant de 1974 qui pourrait ou non être le précurseur du film Ennemi de l’État — v.o. Enemy of the State  (en anglais seulement). Réalisé par Francis Ford Coppola, Conversation secrète a été louangé pour ses observations remarquablement avancées sur le rôle de la technologie dans la société, qui conservent aujourd’hui tout leur sens.

Bienvenue à Gattaca (v.o. Gattaca
Bienvenue à Gattaca explore les thèmes de la vie privée et de la surveillance au niveau subatomique. Dans cette mise en scène d’un avenir assez rapproché, l’ADN joue un rôle important dans le choix d’une carrière et d’un partenaire, en plus d’établir l’appartenance à une classe sociale.

Rapport minoritaire (v.o. Minority Report)
Avant de commencer la production, le réalisateur Steven Spielberg a réuni un groupe de « spécialistes du futur » pour qu’ils lui brossent un portrait possible de l’année 2054. Cela explique sans doute l’éventail de technologies plausibles représentées tout au long du film, par exemple dans cette scène (en anglais seulement) où le personnage de Tom Cruise est assailli par des hologrammes livrant des messages publicitaires personnalisés .

La vie des autres (v.o. The Lives of Others
Dans ce film paru en 2006, un agent de la Stasi place un couple de Berlin-Est sous écoute et les espionne — tout d’abord afin de déterminer leur loyauté au Parti socialiste, puis de plus en plus par intérêt personnel.

1984 
Ce classique moderne de George Orwell a été porté au grand écran pour la deuxième fois en 1984; une première adaptation cinématographique remonte à 1956. Comme tout bon « mème » culturel, cette œuvre a enrichi notre vocabulaire d’expressions et de mots nouveaux, dont « Big Brother » et le « trou de mémoire ».

Fenêtre sur cour (v.o. Rear Window
Un homme se casse une jambe, s’ennuie puis se met à espionner ses voisins — s’ensuit une foule de rebondissements. Les techniques de surveillance de pointe employées dans bon nombre de films figurant à notre palmarès n’apparaissent nulle part dans ce drame policier classique d’Hitchcock.

Red Road
Ce film écossais met en scène une opératrice de télévision en circuit fermé qui surveille activement un homme issu de son passé. La réalisatrice Andrea Arnold a affirmé que sa représentation de Glasgow en tant que ville sous constante surveillance avait comme objectif de susciter un débat sur l’utilisation des réseaux de télévision en circuit fermé.


le 29 mars 2012

Concours national de vidéos à l’intention des jeunes 2011‑2012 : les résultats sont connus!


Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada tient à remercier chaleureusement les élèves, les enseignants et les écoles qui ont participé au concours national de vidéos « mavie privée et moi » cette année.

Nous voulons aussi remercier sincèrement Rencontres du Canada et les jeunes participants à la semaine Politique canadienne de l’organisme, qui ont choisi les gagnants.

Vidéos gagnantes :

La meilleure vidéo dans la catégorie La protection de la vie privée et la cybersécurité est :

1re place : Brooke Davis et Alyssa Lynn de l’école Hillcrest High School, à Ottawa (Ontario), grâce à la vidéo intitulée « Une vie virtuelle ».

Les meilleures vidéos dans la catégorie La protection de la vie privée et les appareils mobiles sont :

1re place : Matt Paddison et Julian Figueroa de l’école Chatelech Secondary School, à Sechelt (Colombie‑Britannique), grâce à la vidéo intitulée « Ton téléphone, c’est toute ta vie ».

2e place : Fumina Takara et Maryam Hashim de l’école Hillcrest High School, à Ottawa (Ontario), grâce à la vidéo intitulée « Info mobile ».

Les meilleures vidéos dans la catégorie La protection de la vie privée et les jeux en ligne sont :

1re place : Benjamin Reyes et Zachary Spence de l’école Canterbury High School, à Ottawa (Ontario), grâce à la vidéo intitulée « Crédit et sécurité ».

2e place : Mason Wik et Pierce Thomson de l’école F.R. Haythorne Junior High, à Sherwood Park (Alberta), grâce à la vidéo intitulée « Partie remise ».

Les meilleures vidéos dans la catégorie La protection de la vie privée et les médias sociaux sont :

1re place : Pamela Khouri et Hannah Chan, du Collège Jean de la Mennais, à La Prairie (Québec), grâce à une vidéo intitulée « Surexposition ».

2e place : Wajid Jawid Ahmad et Dawut Esse du Centre d’action bénévole Bordeaux-Cartierville, à Montréal (Québec), grâce à la vidéo intitulée « Les paroles s’envolent, les écrits restent ».


le 26 sept 2011

La protection de la vie privée : voyons voir ce qu’ils en pensent!


Nous lançons notre quatrième concours de vidéo annuel Ma vie privée et moi, qui invite les étudiants âgés de 12 à 18 ans à exprimer ce qu’ils ont à dire au sujet de la protection de la vie privée.

Pour participer, ils doivent créer leur propre message vidéo d’intérêt public. Cette vidéo doit porter sur une question liée à la protection de la vie privée associée à l’une des quatre catégories suivantes :

  • les appareils mobiles;
  • les réseaux sociaux;
  • les jeux en ligne;
  • la cybersécurité.

Vous pouvez obtenir tous les détails du concours ici.

Les vidéos doivent être présentées soit par une personne, soit par une équipe composée de deux personnes. Chaque école peut présenter jusqu’à 10 vidéos. (Nous invitons les écoles ayant plus de 10 vidéos à soumettre à tenir un concours au sein de leur institution pour sélectionner les 10 meilleures vidéos à être présentées dans le cadre de notre concours.)

Les gagnants de chacune des quatre catégories se mériteront une carte-cadeau d’une valeur de 350 $. Les récipiendaires d’un deuxième prix recevront une carte-cadeau de 200 $, et les gagnants d’un troisième prix, une carte-cadeau de 100 $. La date limite est fixée au mercredi 1er février 2012 à midi (HE).

Nous encourageons ceux qui manqueraient d’inspiration à visionner les vidéos gagnantes de 2010. Ils pourront ensuite prendre leur caméra et nous montrer ce qu’ils ont à dire au sujet de la protection de la vie privée!


le 4 oct 2010

« Les gens se soucient de la vie privée… quand il est trop tard »


Comprendre la façon dont nous construisons et gérons notre identité en ligne influence fortement notre compréhension de la façon dont les gens déterminent ce qu’ils rendent public et ce qu’ils gardent privé dans les environnements en ligne. Ci-dessous, un lien vers une entrevue (en anglais seulement) avec le directeur de la création de Firefox, Aza Raskin, qui contient des observations intéressantes sur ce à quoi pourrait ressembler éventuellement la construction de l’identité et des mémoires. Vers 4:35, il parle du travail que Mozilla effectue en vue de créer un ensemble d’icônes de confidentialité, à l’instar des contrats Creative Commons, afin d’aider les gens à comprendre la façon dont leurs données sont recueillies et utilisées.




le 7 sept 2010

Connaissez-vous un jeune qui aimerait gagner un iPad?


Le CPVP lance l’édition 2010 du concours de vidéos Ma vie privée et moi, à l’intention des jeunes de 12 à 18 ans — et les grands gagnants se mériteront un iPad!

Cette année, c’est le même concours — mais il y a du nouveau! Nous leur demandons toujours de créer leur propre message d’intérêt public explorant la protection de la vie privée, mais cette fois, nous voulons qu’ils choisissent parmi l’une des quatre catégories suivantes : la surveillance, la gestion de la réputation, la publicité ciblée et les fraudes en ligne. Vous trouverez tous les détails sur le concours ici.

Les équipes participant à l’édition de 2010 doivent être composées de trois personnes au maximum. Les gagnants des premières places dans chaque catégorie se mériteront un iPad. Le prix pour une deuxième place est une carte-cadeau de 200 $ et pour une troisième place, une carte-cadeau de 100 $. Par les années passées, les écoles et les enseignants présentant un haut taux de participation ont reçu une mention, et nous leur réservons une autre surprise en 2010! La date limite est le 10 décembre 2010.

Besoin d’inspiration? Prévoyez une soirée cinéma avec les jeunes et visionnez les vidéos gagnantes de l’édition de 2009. Ensuite, encouragez-les à mettre en pratique leurs talents de cinéaste! Nous avons hâte de voir le résultat!


le 7 mai 2010

Les débuts de la surveillance publique au moyen de caméras


C’est un aperçu des premiers temps de la surveillance publique par caméras : un tramway circule lentement sur la rue Market à San Francisco en 1905 ou 1906*, avec une caméra installée à l’avant du véhicule. Produit par des cinéastes locaux, les frères Miles, le film semble montrer la vie urbaine de l’époque sans trop l’embellir.

Les commentaires des archivistes de la Bibliothèque du Congrès, qui ont restauré le film il y a près de 40 ans, indiquent que certaines séquences semblent mises en scène :

« […] un examen attentif du trafic montre que presque toutes les autos aperçues tournent autour de la caméra, c’est à dire du tramway, plusieurs fois (10 fois dans un cas). La circulation a apparemment été mise en scène par le producteur pour donner l’impression que la rue Market est un boulevard moderne prospère où circulent un grand nombre d’ automobiles […]. »

Malgré tout, le comportement des nombreux piétons nous donne une idée des premières réactions à la présence d’une caméra en public. Dans les premières minutes du film, la caméra ne semble pas influencer le comportement des gens dans la rue. Certains hommes se lissent les cheveux et prennent la pose lorsqu’ils remarquent la caméra, mais la plupart vaquent à leurs occupations comme si de rien n’était. On peut voir quelques manifestations de surprise, parce que la caméra est une nouveauté à l’époque. Certains semblent fâchés que le tramway ne s’arrête pas pour les laisser monter.

À mesure que la caméra et le tramway avancent, le comportement change de façon de plus en plus criante. J’ai coupé quelques images du film pour illustrer mon propos :

  • Certaines personnes, qui s’attendent à ce que le tramway s’arrête à leur signal, semblent perplexes.Un homme remarque la caméra puis rabat son chapeau et accélère le pas pour éviter que la caméra capte son visage.
  • Plusieurs tramways remplis d’hommes apparaissent et réapparaissent tout le long du film.
  • Un homme remarque la caméra, s’arrête pour que son image soit enregistrée, puis se met à courir dans la rue pour pouvoir se tenir directement dans la trajectoire du tramway pendant plusieurs secondes.
  • Bien sûr, les enfants apparaissent dans l’image et en sortent en un éclair. À la toute fin du film, un petit groupe de gamins prend le contrôle de la scène.

Les résultats sont très différents lorsqu’un film semblable est réalisé à Vancouver, en 1907 : le réalisateur parle de son projet aux journaux locaux et encourage vivement les citoyens à participer. Le résultat?

« […] le Vancouver Province relate que “de nombreux citoyens distingués ont soudainement été atteints de kinétoscopite hier” et rassure les lecteurs en ajoutant que “la kinétoscopite est loin d’avoir des effets aussi graves que la méningite cérébro spinale”. » L’article fait remarquer que « c’était très amusant pour ceux qui se trouvaient à l’avant du tramway de voir des citoyens distingués se souvenir tout à coup qu’ils avaient quelque chose à faire de l’autre côté de la rue et traverser nonchalamment lorsqu’ils voyaient le kinétoscope approcher ».

De nos jours, par contre, on s’attend beaucoup plus à ce qu’il y ait une surveillance publique. Pensons simplement à l’application composite Google Maps, créée hier, concernant les endroits à partir desquels des membres du public ont filmé un partisan des Phillies se faire harceler et pourchasser d’un bout à l’autre du terrain du Citizens Bank Park. Ces images ont ensuite été diffusées en ligne.

*Pour en savoir davantage sur le débat entourant la date de réalisation du film, consultez le blogue SFGate . Des recherches récentes semblent indiquer que le film a été tourné quelques jours avant le tremblement de terre de 1906, qui a détruit la plus grande partie de la rue Market.

**as-tu vu le cheval?